Culture et infos

L’ALIMENTATION DU CHAT – UN FLOU GRANDIOSE

Le monde de la nourriture pour chats (et pour tous les animaux de compagnie d’ailleurs) est un monde bien complexe. Un flou permanent flotte sur cette thématique et après de nombreuses recherches, nous pensons avoir gentiment fait du tri et éclairci la chose. Nous avions envie de partager avec vous les grandes lignes qui vous permettront peut-être d’y voir plus clair. Cet article tend bien entendu à évoluer car la nourriture est un domaine dans lequel des découvertes ont lieu régulièrement et nous n’aurions jamais pu y apposer le regard que nous y apposons aujourd’hui si nous n’étions pas restés aussi ouverts.

On distingue deux grandes et belles familles dans le domaine de la nourriture de nos amis les chats : les croquettes et la pâtée. Du sec et de l’humide. Cet article a pour but de vous donner les armes pour déchiffrer les compositions, pour reconnaître les signes qui sont de bonne ou mauvaise augure et on fera le point sur les besoins de nos poilus et les nôtres parce que la pâtée qui pue, on n’aime pas ça.

Le chat, il mange quoi et pourquoi ?

Dans la nature

Notre petit ami félin est un carnivore strict. Il ne se nourrit que d’espèces du règne animal : du muscle, du coeur, du foie, des poumons, des os et de l’eau. Ses proies contiennent ce qu’elles ont à leur tour mangé (des céréales, des fruits, des légumes) mais pré-digérés. Ce début de digestion aura donc éliminé ce que le chat ne doit ou n’a pas besoin d’ingérer. Les protéines d’origine animale font fonctionner correctement chacun des organes qui composent le corps du chat et les céréales ou tout autre aliment que le chat n’est pas censé manger freinent ou altèrent ce fonctionnement. Les proies en questions, sont également composées d’eau en majorité et le chat tire la majorité de son apport en eau de sa nourriture. La nature fait bien son travail.

Au supermarché

Dans les croquettes qui ne contiennent pas d’eau ni de viande (et encore moins du muscle et des abats) dont le paquet est décoré d’un énorme “céréales complètes”, il y a donc tout le contraire de ce qui compose l’alimentation de base d’un chat. Les céréales rendent nos chats obèses, boulimiques au vu de la quantité de sucre, sel et autres petits ingrédients magiques et ne leur apportent pas la chose dont ils ont le plus besoin : des protéines d’origine animales.  Pareil pour les croquettes véto, qui sont aussi pleines de céréales…

Et la pâtée ?

Tout pareil, sauf qu’il y a au moins de l’eau. Mais c’est bourré de céréales, de sel, de sucre, de produits chimiques en tout genre avec pas ou peu de viande et de qualité médiocre.

Mais pourquoi et comment?

Parce que les céréales, c’est moins cher que la viande. Parce qu’on a tendance à faire de l’anthropomorphisme. Parce qu’on fait confiance à ces grandes marques, tout le monde les achète et aucun vétérinaire ne nous en a jamais dit du mal. On ne faisait pas attention à notre propre nourriture jusqu’à il y a peu, et les découvertes étonnantes ont continué au moment de s’intéresser aux aliments pour nos bêbêtes.

Les principaux problèmes de santé qui peuvent découler d’une mauvaise alimentation

Un des plus connu chez le chat concerne le système urinaire et rénal. Le chat fait des cystites, des cristaux voire des calculs. Le manque de protéines animales rendent ses urines plus suffisamment acides pour dissoudre les cristaux qui grandissent et deviennent des calculs. Les céréales contribuent à baisser l’acidité des urines et le manque d’apport en eau vient en rajouter une couche et les reins du chats ne peuvent pas faire leur boulot. Les croquettes vétérinaire qui sont prescrites sont relativement pauvres en viande et pleines de céréales, mais elles ont un ajout d’acide qui va dissoudre les cristaux rapidement. Un peu dommage, quand on sait que nourrir son chat avec suffisamment de viande suffirait à régler le problème.

Le diabète fait aussi son apparition sur des chats souvent en surpoids et qui mangent trop de sucre, dont sont bourrés les aliments de mauvaise qualité. le foie est attaqué également par le sucre, les aliments trop gras et trop glucidiques.

Mais rien n’est perdu, il est encore temps d’en changer et pour ça, nous avons quelques outils à partager.

Les tips’n’tricks pour pouvoir juger voire analyser un aliment

  • Une composition imprécise est le premier signe qu’un aliment est de mauvaise qualité. On essaie de nous en dire le moins possible et comme dans tout, si on n’a rien à cacher, on ne cache rien. Les bonnes marques ont des compositions très détaillées, dont voilà un exemple :

Viande de poulet fraîche (18%), viande de dinde fraîche (7%), oeufs entiers frais (5%), foie de poulet frais (5%), plie entière fraîche (4%), hareng entier frais (4%), foie de dinde frais (4%), coeur de poulet frais (4%), coeur de dinde frais (4%), cou de poulet frais (4%), poulet (déshydraté, 4%), dinde (déshydraté, 4%), maquereau entier (déshydraté, 4%), sardines entières (déshydratées, 4%), hareng entier (déshydraté, 4%), gras de poulet (3%), lentilles rouges, pois verts, lentilles vertes, pois chiches, pois jaunes, fibre de lentilles, haricots pinto, haricots ronds blancs, cartilage de poulet (déshydraté, 1%), huile de hareng (1%), foie de poulet (lyophilisé), foie de dinde (lyophilisé), citrouille entière fraîche, courge musquée entière fraîche, courgettes entières fraîches, panais entiers frais, carottes fraîches, pommes red delicious entières fraîches, poires bartlett entières fraîches, chou vert frisé frais, épinards frais, feuilles de betteraves fraîches, feuilles de navet fraîches, varech brun, canneberges entières, bleuets entiers (myrtilles), baies de saskatoon, racine de chicorée, curcuma, chardon marie, racine de bardane, lavande, racine de guimauve, fruits de l’églantier.

  • Les compositions qui mentionnent des sous-produits animaux (qui ne sont rien d’autre que le bec, les plumes et les pattes du poulet de cette superbe croquette au poulet) sont à éliminer d’office.
  • Les “farine de” peuvent être un piège également. Une bonne farine de poulet est faite avec de la bonne viande de poulet. Une mauvaise farine de poulet est faite avec les fameux bec, pattes et plumes. Donc : on identifie la provenance de la viande et on fait des recherches sur la marque. Avec un peu de jugeote, on se rend rapidement compte de ce à quoi on a à faire.
  • On élimine les aliments qui contiennent des céréales. En plus d’altérer le bon fonctionnement métabollique du chat, elles sont trop glucidiques et font grossir.

Pour aller plus loin

  • Nous recommandons un minimum de 50% de la ration journalière du chat en alimentation humide (100% est idéal). Cela va compenser l’apport faible en eau des croquettes et réduire l’apport glucidique toujours trop élevé des croquettes (pour les agglomérer, il faut une légumineuse, ou un féculent, apport en glucides).
  • On aboli le reflexe du “ils aiment donc c’est bon pour eux”. Les croquettes (de grandes marques ou pas) sont comme la pizza et la pâtée de qualité comme les choux de Bruxelles (pour les exceptions, vous nous aurez compris). Les croquettes, même de très bonne qualité, sont souvent plus appétissantes que la pâtée de qualité de par les ingrédients nécessaires à leur agglomération.
  • Il semblerait que les croquettes ne lavent pas vraiment les dents comme dit la légende. Si vous avez un doute, donnez-en une dizaine de temps en temps comme ça c’est réglé.
  • La majorité des vétérinaires ne sont pas de bons conseils en ce qui concerne l’alimentation de nos amis les animaux. Durant un cursus vétérinaire classique, la nutrition n’est que faiblement abordée et les écoles sont investies par les grandes marques (Royal Canin, Hill’s, etc.). Il est donc difficile de discuter nutrition avec nos vétos… mais c’est parfois possible.

Ce que ça a changé pour nos moustachus

  • La perte de poids en ayant à volonté et donc un rapport plus sain à la nourriture
  • Plus d’énergie, on sent qu’ils sont moins lourds et ballonés par ce trop plein de glucides.
  • Plus aucun soucis de transit, la digestion se fait plus tranquillement
  • Meilleure hydratation, reins en pleine forme
  • Ils grattent moins (ils ne se grattaient pas non plus tant que ça, mais le changement d’alimentation a engendré une claire diminution des arrêts inopinés en pleine action pour se gratter)

Pour la logistique

Les bonnes marques proposent des boîtes allant jusqu’à 800g, dont le contenu se garde aisément quelques jours dans un récipient au frigo. Pour le service de ces petits rois, une gamelle hermétique qui s’ouvre par détection de mouvement existe, ainsi que sa cousine de la même marque (Surefeed) qui fonctionne avec détecteur de puce. Elles ont toutes deux une contenance de 400g chacune qui suffit pour deux chats pour une journée ou une nuit. Elles empêchent la nourriture de sécher et son odeur de se répandre dans la maison, ce qui est non négligeable.

En espérant avoir éclairé quelques lanternes, nous souhaitons à vos petits loups un bon appétit !

Commentaires fermés sur L’ALIMENTATION DU CHAT – UN FLOU GRANDIOSE

Téléchargez notre dossier d'informations pour nous connaître plus en détails !